Le roi des muwashahat, un seigneur

Sabah Fakhri, un artiste que j’ai connu professionnellement et personnellement à Alger, Paris et Damas.

«Si j’étais roi ou président du monde, j’aurais promulgué une loi exigeant que chaque enseignant ou enseignante programme des petits clips de chansons d’Oum Koulthoum, Fayrouz et Sabah Fakhri, comme une matière pédagogique, afin de cultiver le goût artistique et littéraire aux enfants.»

Cette idée m’est venue à l’esprit, alors que je suivais l’annonce de la mort de Sabah Fakhri en larmes dans la cuisine où je prenais le petit déjeuner à l’anglaise, profitant de mon fort appétit, qui diminue à midi et augmente à l’heure du dîner.

J’ai interviewé Fakhri plus d’une fois à Alger, à Paris et à Damas, comme j’ai interviewé l’autre défunt acteur égyptien Nour Esharif, et qui m’a demandé après une longue interruption imposée par mon émigration en Europe, le roman d’Ahlam Mosteghanemi Passager sur lit.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Le roi des muwashahat, un seigneur est apparu en premier sur El Watan.