Exposition à la galerie Mohamed Racim à Alger : L’école d’affiches polonaises

Intitulée «L’école d’affiches polonaises», l’exposition en question compte quatre vingt affiches, signées par trente deux artistes. Placée sous le haut patronage du ministère de la Culture, cette exposition d’affiches polonaises est organisée par l’ambassade de Pologne à Alger et par l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts d’Alger.

Lors du vernissage, Son Excellence l’ambassadeur de Pologne à Alger, Czesaw Spirydowicz, n’a pas manqué de rappeler les liens étroits d’amitiés, jugés de solides et d’historiques entre l’Algérie et la Pologne.

En effet, la concrétisation de cette exposition d’affiches polonaises n’est autre que la résultante d’un travail axé sur l’amitié entre l’Algérie et la Pologne, une amitié qui dure depuis nombre d’années. Preuve en est avec la réalisation de la statue de l’Emir Abdelkader à Alger-Centre et les statues du sanctuaire des Martyrs à Riadh El Feth, réalisées par l’artiste polonais Marian Konieczny.

De même qu’un album de bande dessinée a été réalisé à la suite des résultats d’un concours dont les prix ont étés soutenus et mécènes par la Pologne – pour le FIBDA réalisée par le jeune lauréat du concours Mahrez Si Saber, autour de l’officier Słowikowski. Dans le même ordre d’idées, il est attendu cette année la traduction d’un hommage poétique dédiée par Norwid, un poète polonais, à l’Emir Abdelkader, le sujet d’un livre réalisé par l’ambassade de Pologne.

Il est également attendu la réalisation d’une peinture murale au sein de l’ESBA à Alger avec la présence de ministre de la Culture, la fresque murale consacrée aux deux Polonais nés à Varsovie – compositeur Fréderic Chopin et scientifique Marie Curie-Skłodowska.

Dans un communiqué de presse, l’ambassade de Pologne à Alger souligne que depuis les années 1950 la Pologne est considérée dans le monde comme une terre de graphisme aux multiples talents ; «un continent à elle seule où de belles pages d’histoire du design graphique se sont écrites (…) Sans prétendre à l’exhaustivité, mais suffisamment fouillées pour faire toucher des yeux une créativité artistique hors du commun et donner à réfléchir sur la liberté de création. Si l’essor de l’affiche polonaise date des années 1950 – ce qu’on appellera «l’école polonaise» – elle plonge ses racines dans le mouvement de la jeune Pologne de Cracovie à la toute fin du XIXe siècle. Elle s’affirme dans les années 1920, après avoir recouvré son indépendance et accompagné l’armée polonaise dans son combat contre l’armée bolchévique.

Clandestine durant la Seconde Guerre mondiale, soumise au «réalisme socialiste» jusqu’en 1956, date à laquelle les «erreurs et déviations» du stalinisme sont dénoncées par le pouvoir, l’affiche puise dans la situation politique même les raisons de son renouveau. Le censeur – et les structures qu’il met en place – à besoin de l’affiche pour dépasser une situation contradictoire (…)». Ainsi, le visiteur est convié à découvrir de belles affiches aux messages iconiques accrocheurs et aux couleurs très souvent chatoyantes.

Parmi ces affiches parlantes, on retrouve des affiches commerciales, de film, de théâtre, d’expositions, sociales ainsi que des affiches d’événements culturels. Par définition, l’affiche est un outil de communication efficace pour promouvoir un produit, un événement ou encore une entreprise. L’artiste Leszek Żebrowski présente une affiche de musique intitulée Carmen, datant de 2009.

Pour sa part, Tadeusz Trepkowski livre lui aussi une affiche de musique Le dernier stage, réalisée après la Deuxième Guerre mondiale, plus précisément en 1948. D’autres artistes brilleront par leur talent à travers des dessins révélateurs de leurs contenus tels que entre autres Chopin au Jardin de Luxemburg de Jan Bajtlik, Amadeus de Joanna Gorska, Drame de Jalousie de Jerzy Flisak, Cabaret de Wiktor Gorka et Jerzy Skakun, Rocky d’Edward Lutczyn, encore Anniversaire (film d’Hitchcock) de Bronisław Zelek ou encore Le présent Apocalype de Waldemar Świerzy. Il est à noter que cette présente exposition d’affiches polonaises fera l’objet d’une donation au profit de l’Ecole des beaux-arts d’Alger.

L’article Exposition à la galerie Mohamed Racim à Alger : L’école d’affiches polonaises est apparu en premier sur El Watan.