Éditions Chihab. La Wilaya II historique : l’ombre de Constantine : Parcours d’un battant

Abdelaziz Khalfallah alias Boutemira Mostefa est un battant, un ancien combattant au long parcours, un moudjahid, un révolutionnaire, natif de la ville de Constantine, un enfant de la wilaya II (Constantine), ayant pris les armes avec ses frères « d’âmes » lors de la Révolution anticoloniale française de novembre 1954. Contre l’oubli, il apporte son témoignage dans un ouvrage La Wilaya II historique : l’ombre de Constantine, paru aux éditions Chihab.

Abdelaziz Khalfallah, cadre de l’Etat, engagé et investi dans le développement et l’essor économique national, en tant qu’ancien, un moudjahid, ayant lutté pour une noble cause, l’indépendance de l’Algérie, a voulu, à travers cet essai, transmettre aux jeunes générations, le combat sacré de la Révolution anticoloniale française de novembre 1954.

Abdelaziz Khalfallah a longtemps hésité à laisser un témoignage concernant les faits et les événements de la Wilaya II, écrire l’histoire, sur lutte armée de tout un peuple.

Pour lui, ce modeste témoignage est avant tout un devoir de mémoire. Afin d’entreprendre son projet éditorial historique, il avait confectionné un questionnaire adressé à des responsables sélectionnés pour leurs connaissances des faits et événements marquant la lutte armée dans le Nord-constantinois.

Au début, dans les années 1970, ce projet a avait été mis sous le boisseau par l’ex-Président Houari Boumediène, ayant eu vent de la teneur de cette entreprise.

Cela signifiait qu’il fallait renoncer à un tel projet car peut être gênant pour certains «imposteurs» en dehors du champ de bataille… Ainsi, Boubnider et Abdelaziz Khalfallah abandonnèrent ce projet.

Quelques années plus tard, après la décennie noire, il prit une résolution : laisser un témoignage en essayant de lever le voile sur des faits qui ont marqué des moments périlleux de la Révolution.

L’été 1962 fut chargé d’événements

Abelaziz Khalfallah, né en 1933 à Constantine, est issu d’une famille de montagnards de la région de Taher, Ouled Asker, composée de trois frères.

Cette fratrie, élevée par son oncle résidant à Constantine, commença par exercer l’activité de ramasseur de peaux auprès de l’abattoir municipal, prospéra et devint propriétaire de tanneries et de commerces dont un café maure géré par son père Boutmira Tahar qui fut enlevé à l’âge 58 ans, en août 1956, par la main rouge et exécuté sommairement…

Il se présentera en candidat libre au bac en 1955, s’inscrit après en classe de philosophie au lycée d’Aumale où il active et milite pour le déclenchement de la grève des étudiants à Constantine et qui eut des répercussions à l’échelle régionale puis nationale…

A propos de la période postindépendance, Abdelaziz Khalfallah précisera : «Mon témoignage va peut être soulever des pans de zones d’ombre concernant l’été 1962 qui fut chargé d’événements ayant eu des répercussions considérables sur le cours de l’histoire de notre pays… Par ailleurs, j’ai souhaité, ne serait-ce que superficiellement, en tant qu’acteur, relater le parcours de notre wilaya historique qui porta, après le Congrès de la Soummam, le nom de la wilaya II. Dans la deuxième partie, je relaterai les événements et faits qui ont constitué l’engrenage de cette crise en fournissant quelques détails… ».

K. Smail

L’article Éditions Chihab. La Wilaya II historique : l’ombre de Constantine : Parcours d’un battant est apparu en premier sur El Watan.